Accéder au contenu

BMX race

Athlètes en pleine course de BMX race

Le BMX race a émergé lorsque la culture du motocross inondait la Californie, dans les années 1960. Les enfants se plaisaient à imiter leurs idoles sur leurs vélos, et la pratique sportive du BMX se structure réellement au début des années 1980, lorsque la première fédération de BMX est créée. Les premiers championnats du monde de BMX sont organisés en 1982, et en 1993 le BMX est définitivement rattaché à l’Union Cycliste Internationale, ouvrant sa première porte vers les Jeux Olympiques.

En bref

Le BMX race est beaucoup plus nerveux dans son format que les disciplines classiques du cyclisme. Quand ces dernières représentent souvent des efforts d’endurance durant plusieurs minutes, le BMX race est un effort court et intense de quelques dizaines de secondes. Les participants sont par huit sur une piste mêlant sauts, virages et obstacles, où le plus rapide et réactif l’emporte. 

Les coureurs s’élancent d’une butte de huit mètres de hauteur sur une piste de 400m de long inclinée à 35°, et peuvent atteindre les 60 km/h. La réactivité et l’explosivité des athlètes sont primordiales pour jaillir en tête de la grille de départ, et ensuite conserver la tête de la course. Le final de la course est généralement haletant et passionnant à suivre pour le public.

Histoire olympique

Le BMX race est au programme des Jeux Olympiques depuis les Jeux de Pékin, en 2008. Du fait de la jeunesse de ce sport au niveau olympique, on ne peut pas réellement dire qu’un pays domine les débats, cependant certains athlètes se sont déjà taillé de très beaux palmarès. La Colombienne Mariana Pajon, tout comme le Letton Maris Strombergs, se sont par exemple adjugé deux titres olympiques chacun.

Fédération internationale : Union Cycliste Internationale (UCI)

https://www.uci.org/

© Julian Finney/Getty Images

Partenaires Mondiaux

Partenaires Premium

Partenaires Officiels