Accéder au contenu

Lettre de Tony Estanguet aux acteurs engagés dans le projet de Paris 2024

Il y a sept mois, Tony Estanguet avait adressé une lettre à l’ensemble des acteurs engagés dans le projet de Paris 2024 pour partager avec eux la nécessité d’adapter notre projet à la situation inédite que nous traversons. Après ces longs mois de travail collectif, le Conseil d’administration de Paris 2024 réuni le 17 décembre 2020 a validé la révision de notre carte des sites de compétition olympiques et paralympiques, et nous avons souhaité adresser à nouveau à tout notre écosystème une lettre pour revenir sur ce que nous avons réussi à accomplir ensemble, les remercier pour leur mobilisation et évoquer les prochaines étapes qui nous attendent.


– Le 18 décembre 2020

Chers membres de la famille Paris 2024,

Chers amis,

Il y a sept mois, j’ai souhaité vous écrire pour partager avec vous la nécessité d’adapter notre projet à la situation inédite que nous traversons, mais aussi l’horizon commun et positif que Paris 2024 peut constituer. 

         Aujourd’hui, alors que le Conseil d’administration de Paris 2024 vient de valider la révision de notre concept – c’est-à-dire de notre carte des sites de compétition olympiques et paralympiques – je souhaitais revenir sur ce que nous avons réussi à accomplir ensemble, vous remercier pour votre mobilisation et toute l’énergie que vous avez mise dans cet exercice collectif, et évoquer les prochaines étapes qui nous attendent.

Après sept mois d’échanges et de travail intense, nous avons collectivement réussi ce double tour de force de tirer quelque chose de bon de cette année 2020, et de revoir notre ambition à la hausse. C’est évidemment le fruit d’une mobilisation totale : signataires du Contrat de Ville hôte – CNOSF et Ville de Paris – CIO, IPC, Etat, Solideo, collectivités locales, athlètes, acteurs du mouvement sportif national, fédérations nationales et internationales, grandes entreprises partenaires, propriétaires et opérateurs de sites, acteurs culturels, experts, et tous ceux qui ont contribué à nous rendre meilleurs… Vous avez été nombreux à apporter des idées et à proposer des solutions pour renforcer le concept. Grâce à vous, nous avons une carte des sites inspirante, responsable et participative, qui incarne notre vision des Jeux.

Ce concept optimisé réaffirme notre ambition de Jeux inspirants, en conservant tous les sites emblématiques du sport français, notamment le Stade de France, Roland Garros, le Golf national, le Vélodrome de Saint-Quentin-en-Yvelines, ainsi que tous les sites iconiques qui mettront en valeur le patrimoine exceptionnel de Paris, de la région Ile-de-France et de toute la France : la Tour Eiffel, le Champ-de-Mars, le Grand Palais, les Invalides, la place de la Concorde, le Château de Versailles et la vague de Teahupo’o à Tahiti. La nouvelle carte des sites offre un terrain de jeu unique pour magnifier tous ces sports qui contribuent à l’éducation des nouvelles générations dans les clubs, tous ces athlètes qui nous inspirent et toutes les valeurs que portent l’Olympisme et le Paralympisme.

Pour la première fois dans l’histoire des Jeux Olympiques, ce terrain de jeu spectaculaire mettra en valeur autant de femmes que d’hommes. Après Paris 1900, qui avait vu la première participation de femmes aux Jeux, Paris 2024 sera la première édition strictement paritaire. C’est une avancée importante, à laquelle nous sommes tous fortement attachés. Le CIO a en effet validé la semaine dernière le programme des sports pour les Jeux de 2024. Avec la confirmation des quatre nouveaux sports que nous avions proposés – le surf, l’escalade, le skateboard et le breaking – ainsi que l’ajout de nouvelles épreuves, la validation de ce programme marque une étape centrale dans l’histoire olympique. 

Le sens de notre revue de concept était également d’identifier toutes les sources d’économies potentielles, afin de réaffirmer notre ambition de Jeux responsables et utiles. Conformément aux orientations adoptées par notre Conseil d’administration en septembre dernier, nous avons optimisé les opérations, en réduisant le nombre total de sites et en mutualisant les services à chaque fois que cela était possible. Cette révision a également été l’occasion de confirmer que nous portons la même ambition pour les Jeux Olympiques et les Jeux Paralympiques, en alignant encore davantage la carte des sites paralympiques avec la carte des sites olympiques.

Par ailleurs, un changement du modèle de livraison des Jeux a été initié. Jusqu’à présent fondé sur une internalisation de chaque activité au sein du Comité d’organisation, notre modèle de livraison mobilisera les meilleurs experts du sport et de l’événementiel afin de s’appuyer sur les ressources existantes. Cela permettra de limiter les coûts de structure pour le Comité d’organisation tout en créant des opportunités pour la filière sport et pour l’ensemble du tissu économique français, notamment ses TPE-PME.

Réaffirmer notre ambition de Jeux utiles et responsables, c’était aussi confirmer l’ancrage de notre concept en Seine-Saint-Denis, un territoire jeune et plein de promesses qui pourra profiter pleinement de la dynamique des Jeux en matière de rayonnement, d’emplois et de marchés, et nous inspirer en retour. Le département va par exemple accueillir de nombreuses compétitions sportives, dont celles d’athlétisme, l’un des sports olympiques et paralympiques les plus emblématiques, le Village des athlètes, symbole de l’universalité des Jeux, et le Centre aquatique olympique, porté par la Métropole du Grand Paris, qui sera laissé en héritage à la population. Par ailleurs, la mobilisation de la Solideo et de ses administrateurs a permis de confirmer le maintien du Village des médias au Bourget, en repensant son format et sa temporalité. Seront également laissés en héritage pour le département le mur d’escalade et les bassins aquatiques temporaires. Une réflexion est d’autre part en cours pour implanter en Seine-Saint-Denis, à l’issue des Jeux, les terrains installés Place de la Concorde pour accueillir les sports urbains.

Enfin, ce concept optimisé réaffirme la dimension nationale et participative de notre projet, son ouverture à tous, dans tous les territoires. En plus de la Ville hôte, six grandes métropoles françaises – Bordeaux, Lyon, Marseille, Nantes, Nice et Saint-Etienne – rejoindront l’aventure en accueillant les épreuves de foot. Le site ultramarin de Tahiti accueillera lui les épreuves de surf. Enfin, il était important de confirmer les épreuves grand public qui permettront aux spectateurs, pour la première fois dans l’histoire olympique et paralympique, de devenir acteurs des Jeux le temps de l’épreuve de cyclisme sur route, qui se déroulera en Seine-Saint-Denis, et du marathon.

Ce concept est la traduction concrète d’un projet qui s’adresse à toute la France : à Paris comme à l’outre-mer, à Saint-Denis comme à Marseille, aux fans de breaking comme à ceux d’escrime, aux femmes comme aux hommes, aux nouvelles générations comme aux amoureux historiques des Jeux. 

         Parallèlement à cette révision du concept, nous avons collectivement réinterrogé l’ensemble du projet. Vous nous avez tous dit que la France avait plus que jamais besoin d’un nouveau modèle de Jeux, qui garde son ambition environnementale intacte et qui conserve ses trois piliers fondateurs : la célébration, l’héritage et l’engagement. Nous avons donc continué à déployer toutes les initiatives visant à construire dès maintenant l’héritage des Jeux en matière de pratique sportive, d’éducation, de santé et d’inclusion, notamment des personnes en situation de handicap, ainsi que les programmes d’engagement. 

La mise en œuvre opérationnelle du fonds de dotation a ainsi permis de lancer le premier appel à projets piloté conjointement par l’Agence nationale du sport, le CNOSF, le CPSF et Paris 2024, Impact 2024, afin de soutenir et valoriser les initiatives d’impact social par le sport, en accompagnant notamment les acteurs du mouvement sportif qui souffrent particulièrement de cette crise. Notre ambition pour la jeunesse a franchi une étape décisive avec la mise en ligne de la plateforme Génération 2024 et le lancement par le ministère de l’Education nationale, de la Jeunesse et des Sports, de l’expérimentation dans 7 académies – Créteil, La Réunion, Toulouse, Poitiers, Montpellier, Besançon et Lyon – de 30 minutes d’activité physique et sportive quotidiennes à l’école primaire, en plus des cours d’EPS, afin de lutter contre la sédentarité des enfants. Nous avons également créé l’Académie Paris 2024, un projet collectif qui va tous nous mobiliser pour former l’ensemble des salariés, bénévoles et prestataires impliqués dans l’organisation des Jeux et leur donner la possibilité de valoriser cette expérience dans leur vie professionnelle. Enfin, la mise en œuvre d’une stratégie responsable des achats permet dès à présent d’orienter les deux milliards d’euros de marchés qui vont être lancés par le Comité d’organisation jusqu’en 2024 en faveur d’une économie solidaire, durable et responsable, conformément aux engagements de la Charte sociale Paris 2024.

En matière d’engagement, nous avons également continué à déployer tous les dispositifs qui permettent aux Français de vivre l’aventure olympique et paralympique dès maintenant. Le label Terre de Jeux 2024 réunit ainsi aujourd’hui l’ensemble des fédérations olympiques et paralympiques, 102 CROS, CDOS et CTOS, 11 régions, 90 départements, ainsi que 1206 communes et intercommunalités qui représentent au total 23 millions d’habitants. Un tiers des Français vivent déjà dans une commune Terre de Jeux 2024. Dans le prolongement de ce dispositif à destination des collectivités locales et du mouvement sportif, le Club Paris 2024 a vocation à rassembler tous les Français qui s’intéressent aux Jeux, de celui qui souhaite avoir une information sur la billetterie à celle qui rêve de « faire les Jeux » en devenant volontaire, en participant au Relais de la flamme ou au marathon grand public. Ils sont déjà 100.000 à avoir rejoint le Club, avant même la phase de communication et d’animation intense autour des Jeux de Tokyo. Cette politique d’engagement s’appuiera également sur l’Olympiade culturelle qui sera lancée en 2021. Elle permettra de mettre en valeur toute la diversité culturelle française et de renforcer les ponts entre le sport et la culture. 

En 2020, la famille Paris 2024 s’est par ailleurs agrandie avec l’arrivée d’Orange, qui rejoint les groupes BPCE et EDF comme partenaire premium et celle de Le Coq sportif, qui rejoint FDJ comme partenaire officiel. L’officialisation de nouveaux partenariats dans les prochaines semaines viendra encore renforcer le champ de nos expertises et contribuer au rayonnement du projet. Elle nous permettra aussi, à quatre ans des Jeux, d’avoir déjà sécurisé près de la moitié de notre programme de partenariat. 

De cette année si particulière, Paris 2024 sort finalement renforcé, grâce à notre mobilisation collective. Merci d’y avoir mis autant d’énergie, merci d’avoir contribué à faire bouger les lignes, merci d’être à la hauteur de notre ambition commune.

Le sondage que vient de réaliser Harris Interactive confirme l’intuition que nous partagions : les Français sont 84% à être favorables à l’organisation des Jeux de Paris en 2024, avec une proportion de personnes qui déclarent y être « tout à fait favorables » en hausse de 3 points par rapport à juillet 2020, passant de 41% à 44%. 

Tout est désormais en place pour débuter l’année charnière qui se profile. Nous sommes prêts à prendre le relais de Tokyo et à entrer officiellement dans notre Olympiade. Nous sommes prêts à partager encore davantage le projet avec les Français. Nous sommes prêts à poursuivre les travaux engagés avec vous et à mettre la puissance des Jeux au service de vos initiatives. 2020 et ses bouleversements nous ont rappelé l’importance du sport dans nos vies, l’année olympique et paralympique qui vient nous rappellera le goût des Jeux.

Je vous remercie pour votre engagement toujours renouvelé dans ce projet unique.

Tony ESTANGUET

Partenaires Mondiaux

Partenaires Premium

Partenaires Officiels