Accéder au contenu

Les Jeux en équipe

Engagement : les Jeux en équipe

En devenant ville hôte des Jeux Olympiques et Paralympiques nous sommes confrontés à un défi fou : livrer le plus grand événement au monde. Chez Paris 2024, relever des défis est une seconde nature. C’est pourquoi nous allons plus loin en organisant le plus grand événement du monde, avec tout le monde. Dans le sport, il est admis que la réussite n’est jamais individuelle mais collective, pour Paris 2024, il en va de même de la réussite des Jeux.

Paris 2024 est né d’un souhait : faire les Jeux avec et pour les gens. Dès aujourd’hui, nous faisons de l’engagement l’un de nos piliers en tissant un lien, entre le grand public et les Jeux. Une telle volonté, tant en amont, est du jamais vu dans l’Histoire.

Cette volonté répond au nouveau modèle pensé par le CIO, qui donne une place centrale aux populations, incitant les villes hôtes à interagir avec le grand public et la jeunesse, bien en amont des Jeux. Traditionnellement, les populations vivaient les Jeux à travers des programmes spécifiques comme le relais de la flamme, le dévoilement des emblèmes…  Désormais, le nouveau principe d’engagement, figure dans l’Agenda 2020, feuille de route stratégique du Mouvement olympique pour les années à venir, et la nouvelle norme. 

Pierre-OIivier Beckers, membre du CIO et président de la commission de coordination Paris 2024 : « Nous travaillons ensemble à construire des Jeux qui sont uniques, spectaculaires. C’est la volonté de la France et de Paris 2024 de faire des Jeux qui vont devenir un nouveau modèle dans l’histoire des Jeux Olympiques et Paralympiques. »

Paris 2024, un bien commun à partager

Si nous sommes convaincus de la force de notre projet c’est parce que nous sommes nombreux. Dès le début, cette énergie collective a englobé le territoire, le mouvement sportif, les acteurs locaux.

Paris 2024 c’est le projet de la France métropolitaine et outre-mer, via l’ensemble des sites hôtes des compétitions sportives et les futures collectivités labellisées « Terre de Jeux 2024 ». Ce label permet aux collectivités locales ainsi qu’aux fédérations et clubs sportifs de faire partie de l’aventure 2024 dès à présent. Les clubs sportifs seront invités à rejoindre le mouvement à partir du début d’année 2020.  

Le plus grand événement sportif pour le monde sportif

Construire les Jeux sans ceux qui font le sport ? Impossible. CNOSF, CPSF, fédérations sportives, clubs, athlètes : le mouvement sportif œuvre au quotidien pour le développement du sport. Ils sont l’expertise indispensable dont Paris 2024 s’entoure pour organiser le plus grand événement sportif au monde.

Le sport sur le terrain, c’est le quotidien des associations. La France en compte 1,5 million, ce réseau est une richesse, une ressource en termes d’emploi, de bénévolat, de créativité et de maillage territorial. Au plus proche de la population et de sa mixité, les associations sont notre meilleur relai pour incarner la promesse que le sport change les vies.

Des Jeux par les athlètes, pour les athlètes

Dès la phase de candidature, les athlètes ont été embarqués dans l’aventure. Le monde du sport de haut-niveau est un écosystème que Paris 2024 mobilise, conscient que nos athlètes sont nos meilleurs ambassadeurs.

Un groupe d’athlètes est actif au sein même du comité d’organisation avec la commission des athlètes. Cette commission dispose de pouvoirs renforcés par Paris 2024, celle-ci étant consultée à chaque étape décisive de la construction des Jeux Olympiques et Paralympiques. 

Des Jeux pour tous les Français

Notre projet s’adresse à tous les Français, qu’ils résident sur le territoire ou à l’étranger avec une communauté de 1,8 million de Français vivant hors de nos frontières. L’ensemble de la population, toutes catégories d’âge confondues embarquera à bord de Paris 2024, chacune à sa manière. Pour Alain Bernard  « Dans cinq ans nous accueillerons les meilleurs sportifs de la planète, donc nous avons envie que la jeune génération se prête au jeu, et qu’ils puissent répandre ça dans leur famille. »

Le sport change les vies…

Colette pratique le dragon boat, le taï-chi et le yoga. Touchée par le cancer elle se reconstruit grâce au sport :

« Le sport c’est ce qui me tient debout. Ca me maintient en forme, j’ai 72 ans.  Si je suis aussi alerte à mon âge c’est grâce au sport, au fait de rencontrer du monde dans une bonne ambiance. J’avais perdu 2cm à cause de la maladie, j’ai repris 1cm grâce au yoga ! J’ai aussi pris de la force dans les bras grâce au taï-chi et au dragon boat. Et de la détente surtout. On arrive fatiguée avant la séance, on est pleine d’énergie quand on en ressort. Le sport apporte une envie de vivre, de lutter contre la maladie. C’est au moins aussi important que les traitements. »

Karine, référente commission sport santé handikayak et sport adapté au comité régional canoë kayak de Bretagne, atteinte d’un cancer, pratique le dragon boat.

« Le sport permet de raccrocher des relations sociales, de reprendre confiance, d’aller vers les autres. Le cancer nous entame là-dedans ! On a souvent tendance à se refermer. Le sport m’a permis de revivre mon corps autrement, de me le réapproprier. On rit avec les copines, on rit de nous, en groupe. On dépasse la maladie, on la dompte. Ca recharge les batteries. Depuis que je fais du sport régulièrement je suis moins fatiguée, mieux dans ma tête. Je suis mieux tout court, je me suis retrouvée. »

Partenaires Mondiaux
Coca ColaAirbnbAlibaba GroupAllianzBridgestoneIntelOmegaPanasonicSamsungToyotaVisa
Partenaires Premiums
Groupe BPCEEDF
Écouter