Accéder au contenu

Escrime

Escrimeuses en plein combat.

L’escrime trouve ses origines dans le combat d’épée, qui apparaît il y a plusieurs millénaires, puisque des représentations de combattants à l’épée ont été datées de 1190 avant J-C. Plus tard, l’escrime, qui représentait initialement un entraînement militaire, devient un sport vers le 15e siècle, entre l’Italie et l’Allemagne qui revendiquent sa création. Aujourd’hui, l’escrime est un sport d’ampleur mondiale, puisqu’elle s’est développée de manière très compétitive non seulement en Europe mais aussi en Asie, en Océanie, en Amérique et en Afrique, avec 157 fédérations nationales membres de la Fédération internationale d’Escrime.

En bref

En escrime, deux concurrents se font face, une arme à la main, et doivent toucher leur adversaire de leur arme sur une zone donnée. Chaque arme dispose de ses spécificités. Le sabre permet de toucher son adversaire avec toutes les parties de la lame (pointe, tranchant et dos). La surface valable comprend le haut du corps à partir de la taille, incluant les bras et la tête. L’épée et le fleuret ne permettent de marquer des points qu’avec la pointe, mais sur l’ensemble du corps (incluant le masque et les chaussures) pour l’épée, et uniquement sur le tronc (buste, épaules et cou) pour le fleuret. L’escrimeur qui atteint quinze points, ou qui en a le plus à la fin du temps réglementaire remporte le combat. Par équipe, c’est la première équipe à 45 points, ou qui en a le plus à la fin du temps réglementaire, qui l’emporte.

Histoire olympique

L’escrime est un sport olympique historique, qui faisait déjà partie du programme olympique aux Jeux d’Athènes en 1896, pour ne plus jamais le quitter. Les femmes entrent sur la piste à l’occasion des Jeux de 1924, à Paris. Aujourd’hui, hommes et femmes s’affrontent dans des épreuves individuelles et par équipes dans lesquelles sont utilisées trois types d’armes : le fleuret, l’épée et le sabre. Le fleuret est d’abord la seule arme utilisée par les femmes jusqu’aux Jeux de 1996 à Atlanta, qui voient l’introduction de l’épée féminine. Le sabre féminin, quant à lui, figure pour la première fois au programme des Jeux de 2004 à Athènes.

Parmi les figures qui ont marqué ce sport, l’Italien Nedo Nadi est le seul escrimeur à avoir remporté une médaille avec chacune des trois armes en une seule édition des Jeux. En 1912, à l’âge de 18 ans, il gagne au fleuret. Puis, après avoir été décoré par son pays pour acte de bravoure lors de la Première Guerre mondiale, il remporte cinq médailles d’or à Anvers en 1920, record historique et inégalé : en individuel au fleuret et au sabre, par équipes au fleuret, à l’épée et au sabre.

Fédération internationale : Fédération Internationale d’Escrime

https://fie.org/

© Photo by Laurence Griffiths/Getty Images

Partenaires Mondiaux

Partenaires Premium

Partenaires Officiels