Accéder au contenu

L’histoire des Jeux Olympiques

Les Jeux Olympiques représentent une tradition millénaire liant sport et culture, qui se trace en pointillés mais a toujours su renaître. Les célébrations des peuples grecs antiques ont très tôt mis en évidence des valeurs qui constituent encore aujourd’hui le socle de l’esprit olympique. A l’ère antique, on trouvait déjà des traces de trêve entre souverains signée pendant la durée de compétitions sportives. Aujourd’hui encore, une résolution sur la Trêve olympique est adoptée par l’Assemblée générale des nations unies, en amont des Jeux. L’histoire des Jeux, ancienne de plusieurs millénaires, s’en trouve extrêmement fournie.

Les première traces écrites concernant des Jeux officiels remontent à 776 avant J-C, date à partir de laquelle les grecs ont commencé à mesurer le temps en olympiades, soit la durée entre chaque édition des Jeux. Les premiers Jeux Olympiques sont organisés en l’honneur du dieu Zeus tous les 4 ans. Lors de ces Jeux, de nombreuses épreuves artistiques telles que la musique, le chant, la poésie et le théâtre furent organisés au cours des jeux de Delphes (différents des Jeux organisés à Olympie), liant dès l’origine des Jeux la culture au sport.

En 393 après J-C, l’Empereur romain Théodose Ier interdit l’organisation des Jeux Olympiques pour des motifs religieux, les Jeux favorisant selon l’Empereur la diffusion du paganisme. Ils ne seront pas rétablis avant l’ère moderne.

Une renaissance basée à Paris

A la veille du 20e siècle, les tentatives de rétablir des Jeux sportifs d’ampleur mondiale se multiplient, mais échouent par manque de coordination du mouvement sportif international. Jusqu’à ce qu’un homme ne décide d’en rassembler des acteurs importants, à Paris. Les Jeux Olympiques seront rétablis à l’occasion du premier congrès olympique, organisé du 16 au 23 juin 1894 par le Baron Pierre de Coubertin dans le grand amphithéâtre de la Sorbonne. 2 000 personnes assistent au congrès, et parmi eux figurent notamment 58 délégués français représentant 24 organisations et clubs sportifs, ainsi que 20 délégués de Belgique, Espagne, États-Unis, Grande-Bretagne, Grèce, Irlande, Italie, Russie et Suède représentant 13 fédérations sportives étrangères.

Le 23 juin, à l’issue du congrès, les Jeux Olympiques sont rénovés et le Comité International Olympique fondé. Les principes qui guident le Baron Pierre de Coubertin dans cette démarche et sont à l’origine de l’olympisme et du mouvement olympique sont :

  • Promouvoir le développement des qualités physiques et morales qui sont au fondement du sport ;
  • Éduquer les jeunes par le sport dans un esprit de bonne compréhension mutuelle et d’amitié, dans le but d’aider à construire un monde meilleur et pacifique ;
  • Diffuser les principes olympiques dans le monde entier et créer de la sorte une bonne volonté internationale ;
  • Rassembler les athlètes du monde dans le grand festival sportif quadriennal que sont les Jeux Olympiques.

Les femmes enfin invitées

Les premiers Jeux Olympiques de l’ère moderne ont lieu à Athènes, au cœur du pays originel des Jeux Olympiques de l’Antiquité, en avril 1896 avant que Paris n’accueille les deuxièmes en 1900.

Les Jeux Olympiques de 1900 à Paris sont les premiers à voir les femmes participer. La première championne olympique sera la Britannique Charlotte Cooper en tennis, quintuple vainqueur de Wimbledon. 22 femmes sur un total de 997 athlètes concourent dans seulement cinq sports : le tennis, la voile, le croquet, l’équitation et le golf. Seuls le golf et le tennis comportent des épreuves uniquement féminines. Il est inscrit dans la Charte Olympique que « le rôle du CIO est d’encourager et soutenir la promotion des femmes dans le sport ; à tous les niveaux et dans toutes les structures, dans le but de mettre en œuvre le principe d’égalité entre hommes et femmes ». Depuis, la participation féminine aux Jeux Olympiques a fortement augmenté puisque 48,9% de femmes sont attendues à Tokyo en 2020, contre 23% aux Jeux de Los Angeles en 1984 et seulement 13% aux Jeux à Tokyo en 1964. Depuis plus de vingt ans le CIO œuvre, en coopération avec les Fédération Internationales ainsi que les Comités d’Organisation des Jeux Olympiques, pour une augmentation du nombre d’épreuves féminines aux JO. Avec l’ajout de la boxe féminine au programme olympique, les Jeux de Londres 2012 étaient les premiers où les femmes ont concouru dans tous les sports au programme. Aux Jeux Olympiques de Rio 2016, un nouveau record en termes de participation a été atteint avec 45% d’athlètes féminines (5 059 femmes d’un total de 11 238 athlètes). Les Jeux de Tokyo 2020 devraient être l’édition la plus équilibrée entre les deux sexes avec une participation féminine attendue de 48,9%.

Les Jeux avancent à travers les siècles

Les Jeux Olympiques de 1904 disputés à Saint-Louis (Missouri) sont les premiers à distribuer des médailles d’or d’argent et de bronze, et voient le premier athlète handicapé connu participer à des Jeux Olympiques. Georges Eyser remportera six médailles en gymnastique, dont trois en or.

En 1912, les Jeux Olympiques de Stockholm accueillent pour la première fois des délégations des cinq continents. Lors de cette édition, les femmes font également leur entrée dans les épreuves de natation.

De 1912 à 1948, les compétitions artistiques font partie des Jeux Olympiques modernes, à l’initiative de Pierre de Coubertin. Des médailles étaient décernées pour des œuvres d’art ayant un lien avec le sport, dans cinq catégories : architecture, littérature, musique, peinture et sculpture.

En 1920, les Jeux reprennent après avoir été annulés en 1916 à cause de la première guerre mondiale. Le drapeau olympique ainsi que le serment olympique (rédigé par Pierre de Coubertin) font leur apparition lors de l’édition d’Anvers.

« Nous jurons que nous nous présentons aux Jeux Olympiques en concurrents loyaux, respectueux des règlements qui les régissent et désireux d’y participer dans un esprit chevaleresque, pour l’honneur de nos pays et pour la gloire du sport. »

1924

Les Jeux Olympiques sont organisés pour les deuxième et troisième fois en France. A Chamonix pour les premiers Jeux Olympiques d’hiver de l’Histoire entre janvier et février, et à nouveau à Paris pendant l’été. A cette occasion, la devise olympique, utilisée par Pierre de Coubertin depuis 1896 après l’avoir empruntée à l’abbé Henri Didon, est mise en avant, à savoir « Citius, Altius, Fortius » (plus vite, plus haut, plus fort).

Les Jeux Olympiques de Paris sont les premiers à construire un « Village Olympique », tradition qui sera reprise à chaque édition depuis.

Le Village olympique de Colombes
Le village olympique de Colombes, et les services disponibles pour les athlètes (rapport officiel de la VIIIe Olympiade).

1932

Lors des Jeux Olympiques d’hiver de Lake Placid, une femme est pour la première fois porte-drapeau d’une délégation olympique, en la personne de Mollie Phillips, une patineuse artistique représentant la Grande-Bretagne.

1936

Les JO d’hiver et d’été sont organisés en Allemagne (respectivement à Garmisch-Partenkischen et Berlin). Pour la première fois, un grand événement est retransmis en direct à la télévision : il s’agit de la cérémonie d’ouverture, qui est visionnée par à peu près 150 000 personnes, entre grands écrans en Allemagne et le peu de personnes titulaires d’un poste de télévision : la prouesse est remarquable. Elle est cependant réalisée au profit d’une propagande d’Etat orchestrée par l’Allemagne nazie hitlérienne, propagande qui atteint son point d’orgue avec la réalisation par Leni Riefenstahl d’un film, appelé Les Dieux du Stade, autour des Jeux de Berlin, servant l’idéal nazi.

C’est aussi lors des Jeux de Berlin 1936 que le relais de la flamme olympique fut introduit pour la première fois.

1940 – 1944

Les Jeux Olympiques de la XIIe et de la XIIIe Olympiade ne peuvent avoir lieu à cause de la seconde guerre mondiale.

A la suite de la Seconde Guerre mondiale, les JO d’hiver de Saint Moritz en 1948 sont surnommés les « Jeux du Renouveau ».

1952

Une femme ouvre officiellement les Jeux Olympiques d’hiver à Oslo pour la première fois. Il s’agit de la Princesse Ragnhild de Norvège.

1960

Les 9es Jeux de Stoke-Mandeville se déroulent une semaine après les Jeux Olympiques dans la même ville, à Rome. Ils sont considérés comme les premiers Jeux Paralympiques de l’histoire.

1968

Les Jeux Olympiques de Grenoble sont diffusés pour la première fois en direct et en couleur à la télévision.

Grenoble 1968
Vue de la flamme olympique pendant la cérémonie d’ouverture des Jeux Olympiques d’hiver de Grenoble en 1968 (Crédit photo : CIO).

1988

A partir des Jeux de Séoul 1988, les Jeux Olympiques et Paralympiques ont lieu systématiquement dans la même ville, à quelques semaines d’intervalle.

1994

Les Jeux de Lillehammer se déroulent seulement deux ans après les Jeux d’Albertville 1992. Cela permet de décaler les Jeux d’hiver des Jeux d’été, qui restent célébrés lors de la première année de l’Olympiade.

1996

Lors des Jeux Olympiques d’été à Atlanta, pour la première fois dans l’histoire olympique, tous les CNO reconnus sont représentés aux Jeux (à savoir 197), 79 CNO remportèrent des médailles, parmi lesquels 53 décrochèrent l’or.

à Atlanta, Paola Fantato, une archère italienne, devient également la première athlète à concourir la même année aux Jeux Olympiques et aux Jeux Paralympiques.

2000

Les Jeux Olympiques de Sydney voient la Corée du Sud et la Corée du Nord défiler sous un même drapeau lors de la cérémonie d’ouverture. Ce symbole de paix était sans précédent depuis la fin des relations diplomatiques entre les deux états à la suite de la guerre de Corée entre 1950 et 1953.

2003

La notion d’« héritage » fait son apparition dans la Charte olympique, document régissant l’organisation du Mouvement olympique. Cet ajout concrétise une réflexion amorcée dès les années 1990, avec les Jeux de Barcelone en 1992 en guise d’exemple. Il devient impératif de concevoir les JO, non seulement comme un événement sportif à la visibilité ponctuelle, mais aussi comme moyen de réaménagement urbain, impactant positivement la société dans laquelle ils prennent place. Pour être sélectionnée par le Comité International Olympique (CIO), une candidature doit désormais être pensée à long terme.

2004

Aux Jeux d’Athènes, en dépit de la guerre qui continue de faire rage au pays, l’équipe de football d’Irak vit une formidable épopée en se hissant jusqu’aux demi-finales du tournoi olympique, permettant pour un temps de faire oublier au monde et aux irakiens le contexte dramatique sur leur territoire.

A Athènes également, le relais de la flamme, parti d’Olympie, fut le premier à parcourir les cinq continents avant de revenir en Grèce.

2010

Sont organisés les premiers Jeux Olympiques de la Jeunesse d’été, et en 2012 les premiers Jeux Olympiques de la Jeunesse d’hiver, signe fort de l’engagement réaffirmé du Mouvement olympique sur les volets de la jeunesse et de l’éducation.

Cérémonie d’ouverture des premiers Jeux Olympiques de la Jeunesse d’hiver, à Innsbruck en 2012 (Crédit photo : IOC Media).

2014

La 127e Session du CIO, qui se tient à Monaco le 8 décembre 2014, approuve une modification de la Charte olympique qui dispose désormais que « toute forme de discrimination à l’égard d’un pays ou d’une personne fondée sur des considérations de race, de religion, de politique, de sexe ou autres est incompatible avec l’appartenance au mouvement olympique ».

Aujourd’hui

En témoin de l’universalité qui le caractérise, l’olympisme s’illustre par son développement constant, et sa présence à travers le monde et sur tous les continents. Le CIO compte 206 Comités Nationaux Olympiques, contre 193 Etats Membres de l’ONU par exemple. Cette universalité donne une dimension exceptionnelle à son projet éducatif et humaniste.

Les prochains Jeux Olympiques d’été se dérouleront du 23 juillet au 8 août 2021.

Partenaires Mondiaux

Partenaires Premium

Partenaire officiel