Accéder au contenu

Une ambition et une méthode inédites pour des Jeux neutres en carbone

Face au plus grand défi de l’Humanité, le plus grand événement du monde prend ses responsabilités. Avec comme lignes directrices la sobriété, l’innovation et l’audace, Paris 2024 met en place un nouveau standard dans l’organisation des Jeux Olympiques et Paralympiques. Paris 2024 veut tout d’abord montrer l’exemple en s’alignant sur l’Accord de Paris. Et parce que les Jeux invitent à voir plus grand et plus loin, Paris 2024 veut contribuer à l’accélération de la transition écologique dans le sport et les grands événements avant et au-delà de 2024.

Le changement de modèle : passer d’un bilan post-Jeux à un objectif pré-Jeux

Objectif : avoir la maîtrise de l’impact de l’événement

Ancien modèle : Emissions de CO2 puis Evénement puis bilan et enfin compensation
Nouveau modèle : Objectif, émissions de CO2 évitées et réduites et compensation

Paris 2024 : estime et se donne un objectif d’émissions carbone à ne pas dépasser, dès le début de l’organisation des Jeux, met en place des actions de réduction, mesure l’impact tout au long des Jeux.

Pour la 1ere fois, une méthode pensée en amont et intégrée à la stratégie et aux opérations globales

L’approche ERC est déjà connue : éviter, réduire puis compenser. Pour maîtriser son impact, Paris 2024 ajoute deux étapes : anticiper les émissions et mobiliser grâce à la force d’attraction des Jeux.

A : Anticiper, dès 2015 en s'alignant sur l'Accord de Paris.
E : Eviter un total de 3,5 millions de TEQCO2 habituellement émises pendant les Jeux.
R : Réduire en divisant par deux les émissions en se fixant un objectif de 1,5 millions de TEQCO2 
C : Compenser 100% des émissions liées aux Jeux sur le périmètre le plus large.
M : Mobiliser 100% de l'écosystème de Paris 2024.
  • Anticiper : Paris 2024 s’est doté d’un outil inédit d’estimation de l’impact carbone pour piloter ses choix dès à présent et tout au long du cycle de préparation de l’organisation des Jeux.
  • Eviter grâce à un concept en rupture. Par exemple, Paris 2024 s’appuie sur 95% d’infrastructures existantes ou temporaires et fait très majoritairement le choix de sites accessibles en transports en commun et mobilités actives.  
  • Réduire : en identifiant précisément les postes d’émissions et en poussant des solutions bas-carbone pour chaque activité. Paris 2024 a par exemple lancé en lien avec le Programme d’Investissements d’Avenir un appel à projet pour trouver des solutions de remplacement des groupes électrogènes.
  • Compenser : en retenant le périmètre le plus large – le scope 3 – qui comptabilise aussi les impacts indirects. Tout ce qui ne peut être évité, par exemple les déplacements des spectateurs, sera compensé à travers des projets à double bénéfice, environnemental et social.
  • Mobiliser les citoyens et le mouvement sportif, en se saisissant du sport comme d’un formidable levier pour accélérer la transition écologique (création et partage d’outils pour évaluer et réduire les impacts, incitations pour transformer les comportements, …)

Pour la 1re fois, un objectif d’impact carbone ambitieux et fixé en amont

Les précédents Jeux d’été ont émis 3,5 millions de tonnes de CO2 en moyenne, Paris 2024 a considéré ce point de départ puis identifié des axes d’évitement et de réduction majeurs. Un objectif de 1,5 million de tonnes de CO2 a été défini, il s’agit d’émissions « résiduelles » qui ne pourront pas être évitées et qui seront donc compensées.

«»
Estimation de l'impact :
Moins de constructions : 95% de sites temporaires ou existants.
-Des constructions permanentes bas carbone : 650kg eq CO2/m2 au village, grâce à la SOLIDEO
- Des constructions temporaires sobres.
2. Opérations des Jeux
- 100% d'électricité renouvelable pour les Jeux
- Un service de restauration durable
- Objectif "Green it"
3. Déplacements
- Un service de mobilité propre pour la famille olympique.
- Des incitations pour les spectateurs : 100% des sites accessibles en transports en commun et mobilité active. Incitation au report vers le train.

Aujourd’hui la méthode est posée, le défi pour Paris 2024 est de continuer à fixer une exigence d’innovation pour atteindre la neutralité carbone. 

– L’engagement environnemental est concrétisé dans l’Agenda Olympique 2020 du CIO depuis 2014 ;

– Le CIO a publié une méthode de calcul de l’impact carbone des Jeux en 2018 qui a servi de base à la methode de Paris 2024 et permettra de simplifier  et homogénéiser l’approche pour les éditions à venir ;

– Paris 2024 s’est engagé dès la candidature, à livrer des Jeux neutres en carbone.

Partenaires Mondiaux

Partenaires Premium

Partenaire officiel