Accéder au contenu

Para canoë

Aux Jeux Paralympiques, le para canoë ce sont uniquement des épreuves de sprint. 200m d’effort intense, pour une confrontation directe et en monoplace dans deux types d’embarcations : kayak ou pirogue. Cette dernière, appelée « Va’a », s’appuie sur un système de propulsion de pagaie simple et fera sa grande entrée aux Jeux de Tokyo. Quant au kayak, il fêtera sa deuxième participation aux Jeux Paralympiques.  

En bref

Les normes au para canoë sont les mêmes que pour les Jeux Olympiques, la seule distinction de matériel étant la largeur du fond du kayak qui est plus importante afin d’améliorer la stabilité de l’embarcation.  

En kayak, on utilise une pagaie double (un manche et deux pales), tandis qu’une pagaie simple (un manche et une pale) est utilisée en Va’a. Pour ce dernier, l’athlète ne pagaie que d’un seul côté du bateau, une technique spécifique est donc nécessaire pour maintenir un mouvement en ligne droite. Contrairement à l’aviron, la pagaie n’a aucun point de fixation sur l’embarcation, le pagayeur doit donc créer son appui dans l’eau et transmettre l’énergie à l’embarcation en utilisant son corps pour se déplacer. Ce canoë à balancier, dont le nom veut dire « petit bateau » en polynésien, est traditionnellement utilisé en Océanie et plus particulièrement à Tahïti. 

Pour les Jeux Paralympiques de Tokyo, le programme du para canoë est constitué de six épreuves en kayak (KL1, KL2, KL3 femmes et hommes) et trois épreuves en pirogue (VL2 femme ; VL2 et VL3 homme). 

Handicaps 

Handicap orthopédique, paraplégie et tétraplégie, paralysie cérébrale, handicap neurologique évolutif, handicap d’origine neurologique. 

Fédération internationale 

International Canoe Federation : www.canoeicf.com 

Partenaires Mondiaux

Partenaires Premium

Partenaires Officiels