Accéder au contenu

Water-polo

Joueur de water polo, prêt à lancer le ballon

Le water-polo est un sport initialement très violent, qui fut développé aux Etats-Unis au 19e siècle, et codifié dès 1897 afin d’en limiter les aspects dangereux et les nombreuses bagarres qui émaillaient les matchs. Le sport se développe également en Europe dans les années 1860, notamment en Angleterre sous une forme plus rapide mais moins violente que son pendant américain ; la formule européenne finira par s’imposer et est aujourd’hui pratiquée de manière universelle. Le premier match international s’est tenu en 1890, et opposait l’Angleterre à l’Ecosse.

En bref

Le water-polo voit deux équipes de sept joueurs s’affronter dans une piscine de 30m sur 20m pour les hommes et 25m sur 20m pour les femmes, d’une profondeur de deux mètres minimum. Les matchs sont joués en quatre périodes de huit minutes chacune. Les joueurs, à l’exception du gardien, ne peuvent toucher le ballon que d’une main. Une possession dure 30 secondes : si l’équipe n’a pas attaqué au bout de ces 30 secondes, le ballon passe à l’adversaire.

Le water-polo est un sport physique où les contacts sont autorisés avec les joueurs qui ont le ballon. Le physique, l’endurance et la puissance sont donc d’une importance capitale pour les joueurs, ainsi qu’un certain sens tactique comme dans chaque sport collectif.

Histoire olympique

Le water-polo est un des sports collectifs les plus anciens des Jeux Olympiques de l’ère moderne, puisqu’il fait son entrée au programme olympique en même temps que le rugby en 1900, d’abord sous la forme d’une compétition entre clubs, puis d’un tournoi entre pays à partir de 1908. Les femmes n’accèderont cependant aux Jeux Olympiques qu’un siècle plus tard à partir des Jeux de Sydney, en 2000.

Les pays européens exercent une domination sans partage sur le palmarès olympique masculin du water-polo, ne laissant échapper aucun titre depuis 1908. La Hongrie, domine principalement ce palmarès, avec un total impressionnant de neuf titres olympiques. Le palmarès féminin ne se dirige pas vers une telle hégémonie du vieux continent, puisqu’en cinq éditions les Etats-Unis ont remporté les deux derniers tournois à Londres en 2012 et Rio en 2016, et l’Australie le premier à domicile en 2000, ne laissant à l’Europe que deux titres glanés par l’Italie à Athènes en 2004, et les Pays-Bas à Pékin en 2008.

Fédération internationale : Fédération Internationale de Natation (FINA)

http://www.fina.org/

© Paul Gilham/Getty Images

Partenaires Mondiaux

Partenaires Premium

Partenaires Officiels